Lauwin-Planque :

Un chat retrouvé mort décapité dans un jardin

Deux chats, dont l’un était décapité, ont été retrouvés morts ces derniers jours à Lauwin-Planque (Douaisis).

Une plainte a été déposée lundi.

Ils s’appelaient Garfield et Winnie (notre photo), deux chats qui étaient castrés et identifiés grâce à l’association Amicat et à la SPA et qui vivaient tranquillement dans les jardins, à l’arrière de la rue Marie-Curie à Lauwin-Planque. Ces deux chats, qui étaient nourris et soignés par une famille habitant dans la rue, ont été retrouvés morts il y a quelques jours. Morts après avoir été victimes d’actes de barbarie : « Garfield a été décapité et Winnie énucléé », lâche Josiane, encore sous le coup de l’émotion. Les deux félins avaient disparu plusieurs jours avant d’être retrouvés morts. « Garfiled le 14 juillet, Winnie le 12 août, mais ils revenaient toujours », poursuit Josiane. Une plainte a été déposée lundi auprès des services de police de Douai pour tenter d’identifier « les ignobles personnes qui ont fait ça ».

Montreuil : le public et le salon du chat, un duo           « félin » pour l’autre

« Il est particulièrement difficile pour les gens de citer cinq différentes races de chat alors qu’il en existe environ quatre-vingts », souligne le président, Patrick Regnier.

Les éleveurs de félins ont présenté leurs chats aux visiteurs et répondu à toutes leurs questions. Dans ce monde, il est strictement hors de question d’un achat coup de cœur. D’ailleurs, aucun chaton n’était à vendre. « Les chats deviennent à la mode. Ils vont même dépasser la popularité du chien. Plus indépendant, le chat est beaucoup moins contraignant que le chien. Il peut facilement vivre en appartement. Il y a aussi une question de budget. » Le salon a été ponctué par un best cat show : le public a élu les plus beaux chats du salon après un défilé sur le podium. Les visiteurs pouvaient aussi soutenir l’association Amicat qui lutte contre la maltraitance animale et les abandons. Elle organise des sauvetages, des campagnes de stérilisation des chats errants et tente de leur trouver une famille.

Evin-Malmaison: Avec AmiCat, chats errants et abandonnés reprennent du poil de la bête

Chez ce couple d’Evinois, les matous sont bichonnés. Nourris, soignés, ils ont leurs appartements privés. Le grand luxe pour ces boules de poils qui ont connu le pire. Et n’attendent que de trouver celui qui voudra les adopter.

À peine assis que Lulu, au joli pelage noir et blanc, a déjà sauté sur nos genoux. « Elle est très câline, sourient Ludivine et Rudy Kaliski. Elle, on l’a trouvée près du passage à niveau. » Mais dans la jolie maison du couple, la chatte de 5 ans n’est pas la seule pensionnaire. « On en héberge une quarantaine. » Des minous qui bénéficient de vastes espaces entièrement aménagés pour eux avec arbres à chats, coussins, petits meubles pour se nicher et, bien entendu, des litières toujours propres et des gamelles bien remplies. Sans parler du grand jardin dans lequel des cabanes sont à disposition des plus sauvages.

Vous l’aurez compris, Rudy et Ludivine sont des amoureux des chats. « C’est elle qui m’a transmis sa passion », précise-t-il. « J’en ai toujours eu chez moi, acquiesce-t-elle. Et puis, je faisais partie d’Anica, une association de défense de la cause animale, dont j’ai été la vice-présidente. C’est comme ça qu’on a commencé à récupérer des chats. » En mai 2014, elle décide avec son conjoint de créer AmiCat. « Aujourd’hui, on a une trentaine de familles d’accueil dans la région. Leur mission est de fournir un toit et de l’amour aux chats qu’elles accueillent, nous, nous prenons en charge les soins et la nourriture, en attendant que les chats soient adoptés. » Aujourd’hui, ces derniers sont 130 à espérer trouver un jour un foyer.

En un peu moins d’un an, une soixantaine a été casée. Mais pas question pour les Evinois de laisser leurs protégés entre les mains de n’importe qui. « Quand les gens ont un coup de cœur pour un chat et qu’ils sont décidés à l’adopter, on fait une pré-visite de leur domicile afin de voir les conditions d’accueil du chat. » Un animal préalablement stérilisé et pucé par l’association, uniques frais qu’ont à payer les adoptants.

Alors, pour subvenir aux besoins de leur asso, le couple, avec l’aide de la dizaine de bénévoles actifs organise des collectes de nourriture et litière dans les supermarchés, des braderies. Et des lotos. Comme celui qui a lieu ce dimanche à 15 h (ouverture des portes à 12 h 30) à la salle Dutilleul d’Evin.

 

Bon à savoir

En plus d’être famille d’accueil pour les chats en attente d’adoption, Ludivine et Rudy accueillent aussi les matous en pension. Compter 30 € pour la semaine, 50 € pour 15 jours, sachant qu’ils fournissent la nourriture.

Plus d’infos sur la page Facebook « Association Amicat » ou sur le site asso-amicat.fr.

Toiletteur

Recommandez cette page sur :

Actualité